02 98 99 29 83
Integration du nouveau collaborateur dans l'entreprise

L’intégration du nouveau collaborateur dans l’entreprise : une option ?

D’après une étude de la Dares ¹ (2015), la première année post-recrutement est une période particulièrement sensible pour retenir ses talents dans l’entreprise. Le risque de rupture d’un CDI y atteint 63,1 %, avec une phase critique pendant les trois premiers mois.  Chez les 15-34 ans, 80 % des CDI ne tiennent pas un an. Au regard de ces chiffres, on peut donc difficilement imaginer que l’intégration du nouveau collaborateur dans l’entreprise soit une option. 

Voyons plus en détails :

  • Pourquoi envisager un parcours d’intégration pour son nouveau collaborateur
  • Les enjeux de l’intégration des salariés pour l’entreprise
  • Les étapes d’intégration du nouveau collaborateur

Pourquoi envisager un parcours d’intégration pour son nouveau collaborateur

Lors de toute embauche, la période d’essai est une période sensible, tant pour le nouveau collaborateur que pour le recruteur. En effet, la nouvelle recrue peut arrêter à tout moment son contrat avec l’entreprise si elle rencontre des difficultés à s’intégrer dans son poste au sein de l’entreprise et si ses premières impressions de l’entreprise sont négatives.

La décision du collaborateur peut être très rapide : nous avons déjà vu malheureusement à plusieurs reprises un salarié prendre son poste le matin et le quitter l’après-midi, ou la semaine suivante. Souvent, ce salarié n’aura rien dit de son malaise et partira du jour au lendemain sans explications. D’où l’importance de bien préparer et anticiper son arrivée et au moins sa première journée dans l’entreprise pour laisser une première impression positive.

Les défis rencontrés par tout nouvel arrivant sont pluriels et portent principalement sur 3 aspects :

  • le poste de travail
  • le relationnel avec ses collègues et sa hiérarchie
  • le fonctionnement de l’entreprise, sa culture, sa gouvernance

Réussir l’intégration sur ces 3 volets, c’est permettre au salarié d’être rapidement opérationnel et efficace sur son poste.

Voilà pourquoi il est si important d’envisager un parcours d’intégration pour son nouveau collaborateur.

En Groupement d’Employeurs, cette période d’intégration est particulièrement importante à nos yeux car elle doit pouvoir être concrétisée dans 2 voire 3 entreprises pour que le maillage fonctionne et qu’un temps plein puisse être créé pour le salarié (avec à la clé une compétence pérenne pour les entreprises). L’enjeu est donc de taille !

Les enjeux de l’intégration des salariés pour l’entreprise

Au-delà de l’importance pour l’entreprise d’avoir un salarié opérationnel et efficace le plus rapidement possible, l’intégration des salariés relève d’autres enjeux :

  • favoriser la fidélisation du collaborateur à moyen/long terme, et donc limiter le turn-over dans l’entreprise 

Cela permet d’avoir un salarié formé et une équipe stable dans le temps, favorable au développement de projets.

  • conserver des talents sur des métiers en tension
  • optimiser les coûts de recrutement

Recruter un collaborateur prend du temps et est coûteux. Bien l’intégrer, c’est s’assurer d’avoir un retour sur cet investissement.

  • développer le sentiment d’appartenance

L’engagement du collaborateur dans son poste et plus globalement son attachement à l’entreprise dépendent de sa satisfaction à y travailler.

  • favoriser une bonne réputation de l’entreprise

Le collaborateur est le premier prescripteur et ambassadeur de l’entreprise, même quand il en est sorti. La bonne expérience collaborateur est donc primordiale pour qu’il en parle de façon favorable autour de lui, ce qui à terme permet d’attirer facilement des candidats.

Les étapes d’intégration du nouveau collaborateur

Voyons maintenant les étapes d’intégration du nouveau collaborateur, avec quelques idées à appliquer. 

En amont de l’arrivée du nouveau collaborateur

Comme nous le disions précédemment, l’arrivée d’une nouvelle recrue se prépare et s’anticipe. Quelques suggestions :

  • Annoncer l’arrivée du nouveau collaborateur en interne (journal interne, affichage, etc.)
  • Préparer le poste de travail (matériel, kit de bienvenue dans l’entreprise, etc.)
  • Mettre en place éventuellement un tutorat avec un salarié de l’entreprise

Ces quelques actions devraient déjà faciliter l’intégration du nouveau collaborateur dans l’entreprise.

Dès le 1er jour de travail de la nouvelle recrue

L’enjeu ici est de permettre au salarié de découvrir simplement et aisément son environnement de travail et faciliter sa prise de poste.

Quelques idées :

  • Accueillir personnellement le nouveau collaborateur par le responsable de service ou le dirigeant
  • Lui faire visiter l’entreprise, l’introduire à ses collègues et commencer à lui présenter les rituels de l’entreprise et de l’équipe (réunions, moments de pause et convivialité, etc.) 
  • Lui remettre tous documents /équipements/informations nécessaires à un bon démarrage :
    • Documents RH : livret d’accueil, contrat de travail, règlement intérieur, informations mutuelle, prise de congé, etc.
    • Poste de travail : matériels indispensables (ordinateur, téléphone, vêtements, chaussures de sécurité, etc.), codes d’accès, outils partagés, etc. 

Encadrer les premiers pas du salarié dans l’entreprise, c’est lui permettre de prendre rapidement ses marques : pour vous, c’est le gage de bénéficier d’un salarié rapidement opérationnel ; pour lui, c’est se sentir accueilli et considéré, être rassuré et sécurisé dans son parcours dans l’entreprise.

Dans les jours/semaines suivant la prise de poste du salarié

Cette période reste sensible, le salarié se fait petit à petit une meilleure idée du contenu de ses missions, fait connaissance avec ses collègues et s’adapte à la culture de l’entreprise. C’est le moment où il va peut-être s’interroger sur certains fonctionnements, avoir besoin de poser des questions sur ses activités, exprimer des lacunes sur tel ou tel sujet, etc. Il est donc d’autant plus important dans cette période délicate que vous restiez attentif et vous montriez disponible pour le nouveau collaborateur.

Quelques actions à envisager :

  • Organiser des points réguliers informels et formels avec le salarié pour évaluer son intégration : identification des points de tension, d’incompréhension, d’interrogation et mise en place éventuelle d’ajustements.
  • Lui demander de faire un rapport d’étonnement après quelques semaines dans l’entreprise
  • Prévoir une formation lui permettant de s’adapter à son poste de travail

Finalement, se mettre à la place du nouveau collaborateur dans une entreprise peut également permettre d’imaginer les meilleures actions à mettre en œuvre pour faciliter son intégration.

Si malgré ces actions, la séparation salarié/entreprise est inévitable, il sera intéressant de prévoir si possible un entretien de départ pour mesurer ce qui a bien fonctionné, ce qui a posé problème dans l’expérience du collaborateur.  

¹ https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publications/plus-d-un-tiers-des-cdi-sont-rompus-avant-un-an

Pin It on Pinterest